Newsletters Espace adhérent
Nos actualités

< Retour

IBF H2 : un acteur régional engagé pour la transition énergétique transforme des anciens cars thermiques en car électrique -hydrogène Transdev et la Région Normandie sont les premiers clients !

13 Jan. 22

Le coût d’un véhicule neuf de transport en commun de personnes fonctionnant à l’hydrogène constitue un véritable frein au développement de la mobilité hydrogène dans nos villes. L’une des solutions réside dans la création d’une filière de rétrofit des bus diesel. L’engouement des collectivités semble démontrer la pertinence de l’idée.

Fernand de Sousa est un de ces hommes que rien n’effraie, surtout pas les difficultés, si l’on en croit l’activité qu’il développe depuis 30 ans en achat, vente, réparation de véhicules de transport en commun de personnes (TCP) sur le continent africain, l’Europe du Sud et l’Europe de l’Est. Installé à Hangest en Santerre dans la Somme, sa société IBF Import-Export réalise les transactions, conçoit les programmes de maintenance et de formation des personnels locaux des pays de destination et réalise aussi des transformations techniques des véhicules en fonction des spécificités de ses marchés.

Fort de cette expertise, IBF crée sa filiale IBF H2 en janvier 2021 dont l’objectif est la transformation de véhicules industriels pour les adapter aux énergies nouvelles. Cette activité est rendue possible suite à l’arrêté ministériel du 13 mars 2020 qui autorise la conversion de véhicules de plus de 5 ans d’âge, sans accord du constructeur initial, et qui confère au « convertisseur » un statut de « fabricant » des prototypes élaborés, sous condition de la mise en place d’un système qualité audité périodiquement par l’UTAC.

Le principe est simple : on part du modèle d’autocar le plus répandu en Normandie dans les parcs interurbains et scolaires, à savoir le Crossway d’IVECO, (valeur d’achat de plus 150 Keuros) puis IBF H2 retire la chaîne cinématique diesel du véhicule de base de plus de 5 ans d’âge, et  implante ensuite, un « kit »  constitué des réservoirs d’hydrogène, la Pile à combustible, les batteries, le moteur électrique et l’ensemble des périphériques de commande et de sécurité.Une fois les essais réalisés à l’UTAC et l’agrément obtenu auprès du CNRV (Centre National de Réception des Véhicules), le business model prévoit qu’un installateur agréé pourrait rétrofiter en H2 un autocar pour 350 à 400 kEuros, Si les autocars électriques  H2 neufs n’existent pas en Europe, on pourrait estimer leur prix de marché à plus du double au regard des prix pratiqués sur les bus.

IBF est en partenariat avec Transdev Normandie: l’opérateur de transport dispose de 1750 véhicules dont 580 Crossway dont une part de véhicules de plus de 5ans. Un financement du conseil régional de Normandie et d’acteurs privés dont bien sûr Transdev et aussi le Crédit Agricole Normandie Seine et Engie a permis de financer, pour partie, le premier kit, tout juste arrivé à Hangest en SanterreÀ terme, ces autocars hybrides électriques/Hydrogène assureront la ligne Rouen-Evreux avec une autonomie adaptable de plus 450km et un plein d’énergie propre en quelques minutes à la station multi-énergie du Vieil Evreux du SIEGE 27. La durée de vie de ces véhicules sera prolongée de 10 à 15 années et l’impact environnemental sera amoindri (zéro gazs à effet de serre, zéro particules fines, niveau sonore réduit, réutilisation du véhicule ancien, absence d’hydrocarbures moteur, zéro bruit, confort de conduite et de voyage…).

Chaque type de véhicule nécessite la conception d’un kit de conversion spécifique en fonction des volumes disponibles dans le véhicule, de la répartition des masses et de l’autonomie souhaitée. En permanence, IBF recherche des fournisseurs capables de répondre à ces exigences et aux exigences de certification : qualité, fréquence d’approvisionnement, prix,etc..

Il faut environ 3 mois pour rétrofiter un autocar aujourd’hui dans les ateliers d’IBF (hors homologation). La cadence prévue à court terme sera de 10 véhicules par mois. Des projets similaires pour d’autres type de véhicules industriels tels que les Bennes à Ordures Ménagères (BOM)sont également envisagés  pour répondre aux nombreuses sollicitations et apporter une offre variée aux principales villes françaises engagées dans la transition écologique et qui ont d’ors et déjà, pris contact avec l’entreprise IBFH2

La réussite de cette première étape du projet repose sur un partenariat solide engagé depuis de nombreux mois avec le premier opérateur français de transport de personnes Transdev Normandie et la région Normandie tous deux précurseurs dans cette démarche écologique. IBFH2 fait désormais l’objet d’un intérêt grandissant de la part des principaux transporteurs et des collectivités souhaitant se tourner vers les solutions de mobilités durables à zéro émission.

Le rétrofit est un accélérateur de la transition énergétique pour la mobilité des véhicules industriels en particulier de transport en commun de personnes. Il permettra d’initier et d’amorcer simplement mais plus rapidement et surtout à moindre coût ce changement de modèle énergétique pour les transporteurs, les utilisateurs et les collectivités.

Bien conscient que cette période de rétrofit sera transitoire, Fernand de Sousa anticipe dès à présent l’évolution des métiers et l’organisation de son entreprise. Grâce à cette initiative innovante, c’est donc un acteur majeur de la filière hydrogène qui naît sous le ciel picard et permettra à nos collectivités d’envisager une offre régionale de services, adaptés à leurs ressources et avec un service de maintenance de proximité.

Newsletter

Nos anciennes newsletters consultables

Pour recevoir toutes nos actualités,
abonnez-vous à notre newsletter