Newsletters Espace adhérent
Nos actualités

< Retour

SAUTER : «La garantie de résultats peut être un moyen de faire évoluer la position des MOA vers des systèmes plus efficients»

27 Nov. 20

La société Sauter SAS est une entreprise familiale fondée en 1910. Sauter fait partie des Leaders dans le domaine de la gestion technique des bâtiments. Elle propose à ses clients une approche centrée sur l’efficacité énergétique et la sécurisation de leurs investissements sur tout le cycle de vie des bâtiments (de l’étude du projet du bâtiment à sa mise en œuvre, sans oublier la maintenance et l’exploitation). Son approche est axée sur le long terme et le développement durable. Entretien avec Grégory POHIER, Directeur de région Nord Normandie.

Pôlénergie : Quels sont les freins à la pleine utilisation de la GTB ?
Grégory Pohier : Il y a parfois des craintes, souvent liées aux manques de connaissances des interlocuteurs et utilisateurs des systèmes. La pédagogie et la formation permettent de rassurer et lever une partie de ses freins.
Le métier de la GTB a fortement évolué ces 10 dernières années. La partie matériel hardware (automate plus petit et plus puissant) se réduit au contraire du software (logiciel) qui prend une part plus importante. L’outil de supervision et d’exploitation se doit d’intégrer différents protocoles et différents métiers. Le Smart Building, les objets connectés sont des réalités auxquelles nos métiers doivent s’adapter.

Pôlénergie : Comment faire évoluer ces marchés ?
Grégory Pohier : L’approche doit être globale et impliquer l’ensemble des interlocuteurs. Le lot GTB est aujourd’hui majoritairement réparti dans différents lots du cahier des charges (CVC-Electricité). Les limites de prestation sont parfois imparfaitement exprimées, tant en termes de définitions que de coûts. La constitution d’un lot GTB « clé en main » dans les cahiers des charges pourrait répondre à cette difficulté. Aujourd’hui, encore beaucoup de marchés travaux sont indépendants de l’exploitation. La GTB représente entre 5 et 10% d’une opération, elle est souvent négligée dans ces marchés alors qu’elle a un intérêt dans l’usage du bâtiment, usage qui représente 80% des coûts globaux sur la durée de vie du bâtiment. La GTB est souvent « sacrifiée » pour des raisons budgétaires.

On commence à voir apparaître des marchés qui se transforment petit à petit et qui intègrent l’exploitation, permettant ainsi d’aborder et de définir en amont les besoins à l’utilisation de l’outil de supervision. D’une manière générale, les maîtres d’ouvrages n’intègrent pas systématiquement le processus de décision quant au choix du système de GTB installé dans leurs bâtiments. La garantie de résultats peut être un moyen de faire évoluer la position des MOA vers des systèmes plus efficients.

Pôlénergie : Quelle est votre approche des marchés ?
Grégory Pohier : SAUTER propose des solutions globales, adaptées aux besoins de ses clients. Nous possédons nos propres équipes techniques, nous permettant ainsi une parfaite maîtrise des installations réalisées de la conception à la maintenance pour pérenniser les systèmes GTB. Nos techniciens étant présents sur site lors de toutes nos mises en service, nous pouvons proposer des contrats de services à l’utilisateur final adaptés à ses besoins permettant la maintenance préventive et corrective des installations de GTB. L’adéquation entre les besoins du client et la vie de sa GTB est au cœur de nos préoccupations.

Pôlénergie : Pourquoi un contrat de services ?
Grégory Pohier : Bien sûr, un régulateur isolé installé en chaufferie ne va pas nécessiter systématiquement de contrat d’exploitation. Mais sur des installations plus significatives, nous expliquons aux clients (maître d’ouvrage, exploitant) l’intérêt de mettre en place un contrat de services. L’exemple de l’entretien de sa voiture image assez bien le propos. Il faut l’entretenir si on souhaite la maintenir plus longtemps en bon état de fonctionnement. Il en va de même pour l’installation de GTB et cela justifie l’intérêt à porter au contrat de services. Trop souvent, le client inclut sommairement la GTB dans ces lignes de marché d’exploitation. Ou bien encore, une mauvaise ou incomplète définition des besoins et tâches à effectuer dans le cadre d’un marché d’exploitation peuvent conduire à une mauvaise compréhension, voir une interprétation quant à la nécessité de la mise en place d’un contrat de services propre aux systèmes et installations de GTB. L’exploitant ne dispose pas au final d’un budget dédié suffisant pour une maintenance efficiente. J’ai en tête l’exemple d’un client qui n’a pas souscrit de contrat de services et maintenance annuelle de son logiciel. L’absence de prise en compte de ces mesures préventives l’a contraint, au bout de dix ans, au remplacement complet de son outil de supervision. Un coût important qu’il aurait pu lisser dans le temps.

Pôlénergie : En quoi consiste le contrat de services ?
Grégory Pohier : C’est un contrat sur la base d’un module de maintenance préventive (nombre de jours à définir en fonction de l’installation). La proposition peut être constituée de différents modules s’adaptant aux besoins et aux choix du client (module correctif, module prise en main à distance, …). Concrètement, de manière non-exhaustive, un technicien Sauter va contrôler le bon fonctionnement du hardware (automates) et du software (logiciel de supervision) , les fonctionnalités et mises à jour utiles au bon fonctionnement du système.
La relation de confiance induite avec le client permet l’amélioration et l’adaptation du système à l’évolution du bâtiment. Nous sommes dans ce cadre force de proposition pour répondre aux besoins du client. Nous proposons en parallèle un contrat annuel spécifique à la maintenance du logiciel de supervision permettant de faire évoluer le système.

Pôlénergie : Quels sont vos atouts ?
Grégory Pohier : Nous proposons des solutions centrées sur l’efficacité énergétique. Cette approche globale du marché permet de traiter l’ensemble des besoins des clients dans les domaines du tertiaire, des sciences de la vie et du service.

Nos outils sont conviviaux, faciles à utiliser. Nos systèmes de supervision utilisent notamment le HTML5. Depuis 2008, nous proposons des automates équipés de serveurs web, communicants sous protocole ouvert Bacnet/IP. Nous n’avons, pour autant, pas ignoré les installations plus anciennes de nos clients et nous sommes capables via notre système de supervision Sauter Vision Center de reprendre et faire « cohabiter » nos anciennes générations d’automates avec les nouvelles générations sur un système unique d’exploitation. Nous sommes agiles et l’évolution de nos produits, notamment la gamme modulo 6 commercialisée depuis cette année, s’adapte aux besoins d’aujourd’hui (Smart Building, IOT, sécurité des données, …) mais déjà aux besoins de demain (Système CLOUD, .. ).

Source photo : Basile Morin

Newsletter

Nos anciennes newsletters consultables

Pour recevoir toutes nos actualités,
abonnez-vous à notre newsletter