Newsletters Espace adhérent
Nos actualités

< Retour

S.I.E.C.F – « Nous encourageons la mobilité propre en Flandre ! »

06 Oct. 20

Michel DECOOL, Président du SIECF répond à nos questions.

Pôlénergie : comment est né le projet ?
Michel Decool : Nous regroupons 98 communes de Flandre, de la CUD à la MEL, ou de Brouckerque à Nieppe, soient 200 000 habitants. Le syndicat est l’autorité organisatrice de la distribution publique d’électricité et de gaz depuis plus de 50 ans. Depuis 2014, nous avons la charge de nouvelles compétences en lien avec la transition énergétique dont le développement des Infrastructures de Recharge pour Véhicules Electriques (IRVE).

Pôlénergie : Quelle a été votre méthode ?
Michel Decool : Nous avons posé un diagnostic, suite à une étude de planification énergétique (EPE) et une étude mobilité réalisée par l’Agence d’Urbanisme et de Développement de la région Flandre-Dunkerque (AGUR). La population de Flandre utilise majoritairement sa voiture car il n’y a pas ou peu d’autres moyens de transport ; dès lors, la mobilité électrique devient un moyen de ‘verdir’ la mobilité en Flandre. Le constat fait, nous avons lancé en concertation avec les maires des communes le choix des emplacements. Il s’agissait de situer les bornes sur des points stratégiques comme le pôle gare à Bailleul ou à proximité des commerces pour Wormhout, St Sylvestre Cappel ou Nieppe, ou à proximité d’une maison médicale comme à Watten ou à proximité d’une maison de services publics comme à Hondschoote. Ainsi depuis deux ans, nous déployons un réseau public de bornes de recharge pour véhicules électriques et hybrides qui encourage la mobilité propre.

Pôlénergie : Avec le recul, quels sont pour vous les points clés de succès?
Michel Decool : Justement, le choix judicieux des emplacements est le point clé. Après, vient la question de l’interopérabilité des bornes : n’importe quel véhicule doit pouvoir se recharger sur nos bornes quelle que soit la carte, quel que soit l’opérateur et chacun doit pouvoir le faire en utilisant son smartphone. Enfin, il y a bien évidemment une question de coût raisonnable, je dirais même attractif, de la recharge.

Pôlénergie : quelques chiffres opérationnels sur le projet?
Michel Decool : Depuis le 1er janvier 2020, le SIECF dispose de 25 bornes IRVE qui fonctionnent 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24: chaque borne dispose de deux points de charge avec 22 kVA par point ; elles sont accessibles à tout type de véhicules électriques : voiture, vélo, scooter ou trottinette. Il y a moins de 50 km entre deux bornes. Chaque borne est connectée à une centrale de supervision qui détecte les dysfonctionnements éventuels, mais aussi les voitures « ventouses » qui restent trop longtemps en charge. En Flandre, nous disposons d’un total de 44 bornes, soient 25 bornes SIECF, 8 bornes en CCFL et 11 bornes à Hazebrouck. Sur la période allant du 1er janvier 2019 au 28 février 2020, nous avons constaté 2081 charges qui ont permis de parcourir 233 186 km sans émission de CO2, grâce à ce réseau qui quadrille bien le territoire. Les bornes sont financées par le SIECF avec le concours des communes du territoire et de la Communauté de Communes Flandre intérieure (CCFI). Le SIECF a intégré le marché de supervision de la Région Hauts de France qui a été attribué à l’entreprise Bouygues pour la réalisation des installations.

Pôlénergie : et l’avenir ?
Michel Decool : le SIECF est lauréat d’un appel à projet du Département du Nord pour développer les bornes de recharge via le réseau d’éclairage public en partenariat avec ENEDIS : ce programme prévoit de nouvelles bornes à développer sur les aires de co-voiturage, à proximité des café rando (pour les vélos électriques) et en centre bourg (si absence de garage).

Newsletter

Nos anciennes newsletters consultables

Pour recevoir toutes nos actualités,
abonnez-vous à notre newsletter