Newsletters Espace adhérent
Nos actualités

< Retour

RYSSEN ALCOOLS et INDACHLOR : L’économie circulaire en acte

08 Avr. 19

Laurent Lacondemine, Président du Directoire de Ryssen Alcools et Laurent Saltel, Directeur du site ont accueilli ce 27 mars à l’initiative de Pôlénergie une délégation du club des énergivores à Loon-Plage. Au programme, qualité, sécurité et passion pour les économies d’énergie…

 

 

Filiale du groupe allemand Sudzücker, Ryssen Alcools est installé à Loon-Plage sur un site de 7 hectares depuis 2002. Le déménagement de Hesdin dans le Pas-de-Calais vers Dunkerque s’expliquait par la nécessité de désenclaver un site sensible situé en centre-ville et par les opportunités logistiques que promettaient les terrains du GPMD avec la possibilité d’acheminer les produits bruts et finis par camions, rail, fret fluvial et fret maritime. Le site est classé SEVESO 3 seuil bas et est entouré de 12 hectares gelés pour conditions de sécurité.

 

Ryssen Alcools travaille sur deux types de production. L’usine rectifie de l’alcool brut en alcool neutre (incolore, inodore et sans goût) pour les besoins de l’industrie de la boisson, l’industrie des parfums, la cosmétique et les vinaigriers ; les quantités annuelles produites s’élèvent à 85 millions de litres d’alcool neutre dont les 2/3 sont exportés. L’usine produit d’autre part du bioéthanol carburant à partir de l’alcool de betteraves des Hauts-de-France, produit issu lui-même des mélasses de betteraves après extraction du sucre; la capacité de production atteint 120 millions de litres par an. Les clients sont exclusivement en France : Total, Shell, Carrefour ou Auchan…Ceux-ci intègrent le bioéthanol dans l’essence sans plomb à raison de 5% (E5 ou ex SS Plomb 95 et 98), 10% (E10) et 85% (E85) pour la technologie flexfuel qu’elle soit installée d’origine sur les véhicules ou par kit additionnel. Le marché du biocarburant est en plein essor : les automobilistes délaissent sensiblement le diesel et l’UE souhaite doubler les taux de bio-carburant dans l’essence ; c’est par ailleurs un marché captif si l’on considère qu’un automobiliste garde son véhicule sur une durée moyenne de 11 ans.

 

L’outil de production comporte deux unités de rectification transférées depuis Houdain, deux unités de déshydratation de l’alcool, des zones de stockage des produits bruts et finis et des zones de conditionnement et logistique avec gare ferroviaire. Un pipe relie l’usine au port et permet chargement et déchargement des matières.

L’exigence de qualité des clients comme Chanel ou certains chimistes allemands conduit Ryssen à un suivi très précis de la qualité : l’absence d’eau (moins de 400 ppm) nécessite un inertage des cuves à l’azote, l’absence d’odeur et de goût suppose un contrôle quotidien des échantillons par dégustation buccale…

 

C’est aussi l’efficacité énergétique qui suscite la passion chez Ryssen. Le site consomme 120 GWh par an en gaz pour les chaudières qui alimentent les colonnes en vapeur. Une optimisation continue et précise du process permet à Ryssen de réduire de 35% ses consommations énergétiques au niveau des colonnes de rectification par rapport à l’état de l’art ; un know how qui se distille peu à peu chez les salariés et que le groupe ne diffuse pas. A partir de 2020, le site sera alimenté par l’usine voisine INDACHLOR, filiale du groupe belge INDAVER, par un pipe de vapeur. L’eau en revanche proviendra du site de Ryssen, toujours soucieux de contrôler la qualité de ce qui rentre sur le site. Cette fourniture de vapeur permettra de diminuer la facture gaz des deux tiers. A l’origine de ce projet, un homme, Daniel Grondin de Dunkerque Promotion qui suscita le rapprochement d’Indachlor avec le site de Ryssen ; l’un des meilleurs exemples d’économie circulaire de la région, qui tend à prouver qu’il est plus facile de mettre en œuvre l’économie circulaire lorsque l’on s’y prend dès la conception d’un projet industriel plutôt qu’après coup.

Retrouver l’article de la Voix du Nord : «Ryssen Alcools, un savoir-faire qui remonte à 1829.» en cliquant ici

Newsletter

Nos anciennes newsletters consultables

Pour recevoir toutes nos actualités,
abonnez-vous à notre newsletter