Newsletters Espace adhérent
Nos actualités

< Retour

Production et usages de l’hydrogène se multiplient

09 Mar. 21

De Dietrich : 100% hydrogène

En France, a déjà été testé à Capelle la Grande, grâce au projet GHRYD, le fonctionnement de chaudière sous un mélange hydrogène (jusqu ‘à 20%) /gaz naturel. Pour aller encore plus loin, De Dietrich a installé en France sa première chaudière fonctionnant à 100% à l’hydrogène. Cette chaudière est installée à Chateauneuf (42800) sur un site qui teste l’autonomie énergétique (production PV et éolien stockée grâce à l’H2). La production d’H2 n’étant pas toujours suffisante, les chaudières sont capables d’accepter aussi bien de l’hydrogène pur qu’un mélange avec du gaz naturel. L’objectif à terme est de décarboner le secteur du chauffage en permettant aux utilisateurs et aux producteurs de réutiliser les installations déjà existantes.

Pyrogazéification : l’usine de Strasbourg prend forme

Le projet R-Hynoca porté par Haffner Energy et R-GDS prend forme. Après la réalisation des premiers travaux de génie civil, la plateforme a reçu courant février son premier équipement, le SKID-1. Fabriqué par Haffner à Vitry-le-Francois, cet équipement est une pièce majeure du procédé. Celui-ci a pour ambition de produire de l’hydrogène à partir de plaquette forestière d’origine locale, tout en valorisant la chaleur résiduelle pour comprimer l’H2 en vue de sa distribution pour la mobilité. La construction de l’usine devrait être finalisée fin 2022 pour une production d’hydrogène prévue début 2023.

Liberty Steel pousse ses pions sur Dunkerque

Liberty Steel, maison mère d’Alvance Aluminium Dunkerque (qui assure la présidence de Pôlénergie), a annoncé le lancement d’études approfondies en vue d’installer une usine de production de minerai de fer pré-réduit (DRI : Direct Reduced Iron). Ce minerai de fer pré-réduit est un semi-produit qui pourrait ensuite être transformé dans les autres usines du groupe, par exemple celle d’Ascoval à Valenciennes. La production mondiale de DRI est croissante avec l’essentiel de la production réalisé par le procédé Midrex à partir de gaz naturel. Cette nouvelle installation permettrait de produire du fer avec un impact carbone très limité grâce à l’utilisation d’hydrogène produit à partir d’électrolyse de l’eau. Les puissances à l’étude sont impressionnantes : 1GW d’électrolyse pour 2 millions de tonnes de DRI produit.

Newsletter

Nos anciennes newsletters consultables

Pour recevoir toutes nos actualités,
abonnez-vous à notre newsletter