Newsletters Espace adhérent
Nos actualités

< Retour

Néo terra en Nouvelle-Aquitaine

11 Fév. 20

Alain Rousset, Président du Conseil Régional, situe d’emblée l’enjeu : la région Nouvelle-Aquitaine est une des régions françaises les plus impactées par le changement climatique avec des températures qui ont augmenté de 1,4°C au cours du 20ème siècle et l’apparition de phénomènes climatiques extrêmes de plus en plus fréquents (inondation, tempêtes, érosion, sécheresse). La région travaille depuis 2010 à la définition d’une trajectoire ambitieuse qui touche autant les questions climatiques que la biodiversité.

Son originalité est d’avoir fait démarrer la mobilisation par le monde académique. Près de 250 chercheurs dès 2011 puis 450 en 2020 ont été convoqués pour analyser, fonder la démarche et constituer un socle objectif partagé de données, analyses et ébauches de solutions. Le discours scientifique permet de désidéologiser le débat sur le climat et entraîne les scientifiques dans une co-construction avec les citoyens tout en les replaçant au cœur de la société.

La démarche embarque de proche en proche toutes les strates de la société (entreprises, organisations consulaires, monde associatif,…) pour aboutir à une trajectoire de transition globale qui veut accélérer et massifier. Le 9 juillet 2019, la Nouvelle-Aquitaine adoptait en séance plénière sa feuille de route régionale dédiée à la transition énergétique et écologique : Néo Terra. Celle-ci se fixe 11 ambitions, accompagnées d’engagements chiffrés et d’actions concrètes à l’horizon 2030. A titre d’exemple, on note parmi les engagements de la région : sortir des pesticides de synthèse en 2030, créer 100 unités de micro-méthanisation à la ferme d’ici 2030, accompagner 900 nouvelles entreprises sur le programme Usine du futur, renforcer les territoires à énergie positive (TEPOS), verdir la flotte des cars régionaux à 100% et sortir les TER du diesel d’ici 2030, atteindre 120000 logements par an de rénovation thermique des bâtiments, augmenter de 40% la production d’énergies renouvelables.

GAZ VERTS : Bannir le gaz fossile d’ici 2050 et atteindre 100 % de gaz vert régional et même l’exporter, à travers la méthanisation, la gazéification et le Power-to-Gas. La région Nouvelle-Aquitaine compte à ce jour 8 unités de méthanisation raccordées au réseau de gaz. À l’horizon 2030, elle doit en compter 283 ; en 2050, ce sera 730 unités de méthanisation, 67 de gazéification et 35 de Power-to-Gas avec 10 000 emplois créés et 5900 km de réseau supplémentaire pour collecter ce gaz. Le surcoût de production de ces gaz verts ou de synthèse est à compenser par la valeur estimée du carbone évité (300 €/tonne de CO2) en 2050.

 

L’ensemble des compétences de la région est revu et redéfini à l’aulne du réchauffement climatique et de la feuille de route. L’idée sous-jacente : passer de l’alerte, du constat à la massification, et pour ce faire, mettre en œuvre un gros travail pédagogique dans les écoles et développer le travail collectif qui permet de démultiplier les initiatives locales au niveau régional.
Notre ennemi c’est la procrastination, avertit Alain Rousset : refuser de faire en attendant que ce soit mieux ou plus parfait, manquer de courage pour passer à l’acte. Qu’à cela ne tienne, la Nouvelle-Aquitaine est la seule Région de France à décliner les enjeux planétaires en matière de climat et d’environnement en enjeux locaux. « Néo Terra n’est pas le point d’arrivée, mais le point de départ. C’est un texte fondateur qui redonne du sens à l’action publique, avec pour ambitions d’anticiper et d’embarquer pour coconstruire ».

Newsletter

Nos anciennes newsletters consultables

Pour recevoir toutes nos actualités,
abonnez-vous à notre newsletter