Newsletters Espace adhérent
Nos actualités

< Retour

Les réseaux contribuent-ils à la sobriété énergétique ?

04 Juil. 22

La maîtrise de la demande d’énergies (MDE) regroupe les actions d’économies d’énergie qui sont mises en œuvre pour le consommateur final. Il s’agit à travers la MDE de diminuer les consommations d’énergies en agissant sur la demande et non l’offre. Une plénière des Assises de l’Energie rassemblait plusieurs opérateurs de réseaux (électricité, gaz et chaleur) pour tenter de visualiser comment ceux-ci, séparément et conjointement, participent à la maîtrise de la demande et donc à la sobriété énergétique.

A l’instar d’autres réseaux européens, Swissgrid doit intégrer dans sa gestion du réseau de transport d’électricité le développement des ENR électriques et la forte électrification à venir des usages. Le réseau apporte une mutualisation entre lieux de production et de consommation, il joue un rôle de colonne vertébrale en apportant son intelligence, sa flexibilité et un rôle assurantiel. Avec le développement de l’électromobilité, il peut utiliser l’énergie des batteries des véhicules raccordés pour équilibrer le réseau et renforcer sa stabilité (cf. la plateforme Equigy avec TenneT, Terna, APG et TransnetBW). Les compteurs communicants offrent un comptage bidirectionnel de l’énergie dans le sens du soutirage comme de l’injection et contribuent ainsi à la MDE et à l’intelligence des réseaux. Mais parce que la demande aussi est élastique, les solutions liées au Demand Side Response (DSR) sont appelées à se développer. Il n’est pas anodin que Google vienne de faire une entrée discrète dans l’association Linux Fundation Energy qui développe en open source des logiciels de décarbonation de l’économie, notamment en lien avec le DSR.

De son côté GRDF compte 10 millions de compteurs communicants à son actif en France : le premier pas de la sobriété, c’est la mesure. Mais ces compteurs permettent également d’assister chaque particulier en lui fournissant du conseil : historique de consommations, recommandations techniques… Le West Grid Synergy est le premier démonstrateur européen de réseaux de gaz intelligents. Il est porté entre autres par GRT Gaz, GRDF et Morbihan énergies. Il permet une exploitation dynamique du réseau en intégrant toute la chaine de valeur du transport pour qu’un producteur de biogaz ou gaz de synthèse situé en bout de chaîne et produisant en bandeau (ie. régulièrement) puisse injecter toute l’année en remontant en été jusqu’aux zones de stockage via les différents réseaux.

La chaleur décarbonée renouvelable représente 63% du mix énergétique des réseaux de chaleur en France mais ces derniers au nombre de 900 ne représentent que 5% de la consommation totale de chaleur de notre pays. Predity est la plateforme de copilotage des réseaux de chauffage urbain développée par Engie : cette plateforme permet de faire coïncider en temps réel les consommations aux appels de puissance et même de les anticiper. Engie incite contre rémunération leurs clients gestionnaires de bâtiments à améliorer le ΔT de leur sous-station, en conservant une température de sortie la plus proche possible de la température d’entrée. L’Ademe renforce les subventions jusqu’à 90% pour les études de nouveaux réseaux de chaleur dans les villes de moins de 50 000 habitants.

Les collectivités sont les propriétaires des réseaux et disposent des ressources locales. L’intelligence des réseaux sera à organiser au niveau territorial pour jouer efficacement entre les différentes sources énergétiques. Mais l’échelon de réflexion variera d’un territoire à l’autre ; il se situe à coup sûr au-dessus de la commune mais en dessous de le l’Etat et de la région : il est le niveau où l’on pourra dire par exemple : j’ai du bois et des biodéchets mais au lieu de faire une chaudière biomasse sur ma commune, je vais faire du biogaz local et envoyer le bois à la ville voisine qui le valorisera mieux par un réseau de chaleur. Le décret classement crée par ailleurs un « merit order » des différentes énergies et privilégiera le réseau de chaleur décarboné si celui-ci est à proximité d’un bâtiment par rapport aux autres réseaux. Enfin, les chaudières s’adaptent aux nouveaux combustibles : biogaz, gaz de synthèse, hydrogène et les PAC hybride sont aussi un moyen de tirer partie des avantages des différents fluides énergétiques.

Newsletter

Nos anciennes newsletters consultables

Pour recevoir toutes nos actualités,
abonnez-vous à notre newsletter