Newsletters Espace adhérent
Nos actualités

< Retour

Hynamics, filiale hydrogène du groupe EDF

07 Sep. 21

Créée en 2019, Hynamics est une filiale issue d’une réflexion stratégique menée depuis plusieurs années au sein du groupe EDF en faveur de la transition énergétique. Son lancement est le résultat de plusieurs années d’expertise acquises à travers nos centres de R&D situés à Karlsruhe en Allemagne (EIFER, European institute for Energy Research) et en France (Lab les Renardières, R&D d’EDF).
La création d’Hynamics confirme l’identification de l’hydrogène renouvelable et bas carbone comme un nouveau levier de croissance pour le groupe EDF. Hynamics est aujourd’hui un outil industriel et commercial capable de bâtir une offre hydrogène répondant aux besoins de clients aussi bien publics que privés.

Hynamics, producteur et distributeur d’hydrogène bas carbone et renouvelable
Hynamics propose à ses clients une solution hydrogène clé en main dans une démarche partenariale en se positionnant sur l’ensemble des maillons de la chaîne de valeur : de la conception des installations à l’exploitation et la maintenance en passant par la construction.
Pour produire son hydrogène, Hynamics utilise l’électrolyse de l’eau, une technologie qui n’émet pas de CO2, à condition que l’électricité utilisée soit elle-même issue de moyens de production bas carbone. Le mix énergétique français et l’expertise issue du groupe EDF en matière d’approvisionnement en électricité permet à Hynamics de garantir une production d’hydrogène renouvelable et bas carbone.
Hynamics cible deux marchés fortement émetteurs de CO2, l’industrie et la mobilité, qui, traités ensemble, peuvent constituer de véritable projets d’écosystèmes territoriaux d’hydrogène :

  • Pour les clients industriels, lorsque l’hydrogène est une matière nécessaire à leur processus (raffinerie, verrerie, agro-alimentaire, chimie…), Hynamics installe, exploite et assure la maintenance de centrales de production d’hydrogène décarboné qui vient remplacer l’hydrogène carboné. Par ailleurs, l’hydrogène peut également être utilisé pour réduire l’intensité carbone de process industriels très émetteurs en CO2, comme celui de la cimenterie, grâce notamment à la combinaison de CO2 capté avec de l’hydrogène afin de produire des gaz de synthèses.
  • Pour les acteurs de la mobilité publique et professionnelle, Hynamics contribue à mailler les territoires de stations-service pour recharger en hydrogène les flottes de véhicules lourds tels que les trains, bus, bennes à ordures ménagères, les véhicules utilitaires ou encore les moyens de transport fluviaux.

Nos projets, des réalisations concrètes pour améliorer l’empreinte carbone des transports et de l’industrie :

AUXR_H2, Communauté d’agglomération de l’Auxerrois :
Premier projet d’Hynamics qui sera mis en service dès la fin de l’année 2021, la station à hydrogène renouvelable de la Communauté d’agglomération de l’Auxerrois d’une puissance de 1 MW permettra d’alimenter 5 bus du réseau Leo (Transdev), des véhicules utilitaires légers et des camions. Le projet devra permettre d’éviter l’émission de 2 200 tonnes de CO2 chaque année. Pour répondre au développement de nouveaux usages, l’objectif à horizon 2024 est d’étendre à la fois les capacités de production (de 1 à 3 MW) et d’accueil de la station, tout en renforçant leur caractère multimodal, afin d’accompagner l’émergence de tous les usages de l’hydrogène (bus, véhicules utilitaires, camions, ferroviaire, fluvial, industriel et stationnaire). Cette station participe ainsi plus largement à la création d’un écosystème de grande envergure propice à l’émergence de nouveaux projets hydrogène de décarbonation.

H2 NORD FRANCHE-COMTÉ, Belfort
D’une puissance de 1 MW en première phase du projet, cette station pourra produire jusqu’à 400 kg d’hydrogène par jour. Une seconde phase à 2 MW est à l’étude, pour une production quotidienne de 800 kg. 7 bus à hydrogène exploités par la RTTB pour le compte du SMTC (Syndicat Mixte des Transports en Commun) sur le réseau Optymo (transports en commun du territoire de Belfort) pourront être ravitaillés à partir de 2023, avec la possibilité d’un renforcement massif de la flotte par la suite (20 bus supplémentaires d’ici 2025). Chaque bus parcourra de 60 000 à 75 000 km par an. S’inscrivant dans le cadre d’un écosystème territorial plus large, cette station pourra également alimenter les industries et les instituts de recherche de la région.

SHYMED, Dunkerque
En cous de développement, le projet SHYMED prévoit la mise en service en janvier 2024 d’une station de production et de distribution d’hydrogène vert d’une puissance de 1 MW sur le site du Centre de Valorisation Energétique de Dunkerque. La station permettra l’alimentation en hydrogène d’une flotte de bus et de bennes à ordures ménagères.

WESTKÜSTE 100, Allemagne
Construction à Hemmingstedt, près de Heide, dans l’état du Schleswig-Holstein, d’un électrolyseur de 30 MW, l’un des plus importants d’Europe à ce jour. Alimenté par des parcs éoliens en mer du Nord, il sera installé puis exploité par la joint-venture constituée de la raffinerie de Heide, d’Ørsted et de Hynamics. Un projet d’extension de 700 MW est à l’étude dont le but sera de décarboner un site cimentier à proximité.

Jean-Bernard Lévy, Président Directeur-Général du Groupe EDF : « La production d’hydrogène sans émission de CO2 est un facteur clé de la transition écologique. En se dotant d’un nouveau métier, le Groupe valorise les compétences, l’expertise et la capacité d’innovation de ses salariés au service de nos clients. Avec l’ensemble des acteurs, EDF souhaite contribuer à la filière hydrogène française et européenne dans un marché mondial qui constitue une formidable opportunité en terme de croissance et d’emplois. »

Christelle Rouillé, Directrice Générale d’Hynamics : « Accompagner les industriels et les territoires en soutenant leurs projets de décarbonation est un défi que Hynamics entend relever avec une offre de production d’hydrogène sans émission de CO2, multi-usages et performante économiquement. Nous nous concentrerons en particulier sur les marchés de l’industrie et de la mobilité lourde, deux pans de l’économie très émetteurs de CO2, dans une logique partenariale. »

Newsletter

Nos anciennes newsletters consultables

Pour recevoir toutes nos actualités,
abonnez-vous à notre newsletter