Newsletters Espace adhérent
Nos actualités

< Retour

« Gazéification Hydrothermale : une nouvelle voie prometteuse de production de gaz renouvelables valorisant au mieux des déchets humides »

08 Nov. 21

La Gazéification Hydrothermale est un procédé thermochimique innovant à haute pression (210 à 350 bar) et à haute température (350 à 650 C°) convertissant des déchets de biomasses humides (la présence d’eau est indispensable) ayant de faibles taux en matière sèche (< 50%) en un gaz renouvelable injectable dans le réseau.

Elle permet de valoriser principalement des :

  • boues et digestats de boues issues de stations d’épuration,
  • digestats issus d’installations de méthanisation,
  • effluents agricoles dont les effluents d’élevages,
  • effluents organiques industriels (industries agro-alimentaire, chimie, papier, …)
  • déchets organiques humides urbains (biodéchets).

« Un procédé aux multiples externalités positives »
La technologie convertit plus de 90% de la matière organique en gaz. Elle permet de récupérer de grandes quantités d’eau, des sels minéraux dont le phosphore ainsi que de l’azote pouvant servir à la production de fertilisants.
La quantité des déchets ultimes, limités à la présence de métaux et métaux lourds, est réduite d’un facteur 15 a minima. Au passage, la technologie élimine toutes traces de microplastiques et d’éléments pathogènes.
Une installation de gazéification hydrothermale fonctionnant en continu convertit l’intrant en quelques minutes avec un rendement énergétique élevé (de 70 à 80%), hors valorisation de la chaleur fatale.

« Une technologie particulièrement bien adaptée au traitement de l’ensemble des effluents organiques»
La Gazéification Hydrothermale apporte, selon l’intrant, des réponses alternatives à l’épandage (digestats pollués ou en manque de surface d’épandage) ou au recours à l’incinération, peu efficace pour des effluents et déchets contenant beaucoup d’eau.
Face aux 340 millions de tonnes/an de déchets et de résidus de biomasses humides générés en France, cette nouvelle technologie apporte à la fois un gain considérable de temps et de coût de traitement tout en optimisant au passage l’empreinte écologique.

Ce formidable outil de valorisation de déchets humides complète ce bilan très positif via d’autres bénéfices :

  • Une forte diminution voire une suppression totale des coûts (taxes comprises) du traitement des déchets ultimes (incinération, enfouissement, …) et de leur transport,
  • Une réduction des besoins énergétiques pour le séchage ou la déshydratation ainsi que de l’utilisation de produits chimiques (coagulant, floculant, …), diminuant le bilan des émissions de gaz à effet de serres associés
  • Une multiplication des recettes via la vente du gaz renouvelable produit ainsi que la valorisation des résidus liquides (eau de qualité industrielle) et solides (sels minéraux et azote).

« Une technologie en cours de développement dont l’industrialisation est proche »
Les principaux développeurs européens estiment que la technologie va atteindre l’échelle industrielle à horizon 2025 avec des installations modulaires pouvant traiter jusqu’à 6 t/h d’intrants. Selon une étude récente, le potentiel de production de gaz renouvelable pourrait représenter en France, en fonction des hypothèses de mobilisation des gisements, entre 58 et jusqu’à 138 TWh/an à l’horizon 2050.

« La 1ère installation industrielle en Europe sera aussi la plus grande au Monde »
Après avoir testé et mis au point une 1ère unité de démonstration de 2 MWth, l’entreprise SCW Systems à Alkmaar au Pays-Bas vient de lancer la période de démarrage de 4 unités industrielles totalisant une puissance globale de presque 20 MWth. Une extension du projet global à 100 MWth en 2 étapes de 40 MWth est prévue d’ici 2025.

Article rédigé par : Robert Muhlke, Directeur de Projet Gazéification Hydrothermale, GRTgaz

Newsletter

Nos anciennes newsletters consultables

Pour recevoir toutes nos actualités,
abonnez-vous à notre newsletter